Le Chaînage des 4×4 et des SUV

Mis à jour : avr. 16


Sujet vaste et polémique, le chaînage des véhicules à 4 roues motrices n’est pas une science exacte de par la particularité de chaque constructeur, des différents systèmes de gestion de la transmission ou du besoin. Je vais essayer d’apporter ma pierre à cet édifice étriqué et ainsi vous aider à y voir clair.

A-t-on besoin de chainer un 4×4 ?

Question qui peut paraître légitime effectivement, on a de grosses roues bien larges, on est haut et donc un 4×4 dans les mains, nous nous sentons en sécurité ! Oui, mais c’est un mauvais calcul avec la neige : Premièrement pour augmenter l’adhérence avec la neige il faut diminuer la surface de contact donc la largeur des pneus est un handicap, ensuite quand les pneus neige sont pleins de neige sa glisse comme n’importe quel autre véhicule même plus à cause du poids et du centre de gravité relativement haut. Qu’entend-on nous par 4×4 ?

En théorie, un 4×4 est un véhicule ayant une transmission intégrale c’est-à-dire que toutes les roues sont motrices. Donc une Subaru Imprezza ou une Audi Quattro sont des 4×4 au même titre qu’un bon vieux Land Rover. Ces véhicules sont déclinés en 3 types de transmissions : « Enclenchables » comme sur la plupart de 4×4 « traditionnels » c’est-à-dire qu’ils roulent en 2 roues motrices pour une utilisation classique (traction ou propulsion) et peuvent être passé en 4 roues motrices par l’enclenchement d’un levier du deuxième pont (avant ou arrière donc). « Semi-permanente » équipant principalement les berlines et les SUV. Là, la gestion du passage entre 2 et 4 roues motrices est gérée et activé électroniquement si on demande au véhicule de le faire. Si une différence de vitesse est détectée entre les roues avant et arrière, le couple est envoyé sur le train le plus lent. « Permanente » la transmission du couple entre les 4 roues est gérée en permanence.

Chaine neige, à l’avant ? À l’arrière ? Les deux ?


Sans détour, pour une utilisation optimale il faudrait chaîner les 4 roues, point. Ensuite pour différentes raisons, économiques et pratiques notamment, on n’a pas forcément 2 paires de chaines à neige. Dans ce cas, c’est une généralité admise et vérifiée, les véhicules à traction sur la neige s’en sortent mieux que les véhicules à propulsion, il faut donc en transmission intégrale chaîner au moins l’essieu avant. Vous pouvez également pour une utilisation sur goudron enneigé uniquement mettre des chaines à neige sur l’essieu avant et des chaussettes à neige l’arrière. Je précise sur routes enneigées, car sur piste ou chemin un caillou aurait vite fait de déchirer la chaussette.

Les équipements d’aide à la conduite électroniques et les 4×4

L’équipement le plus connu est l’ESP, il gère la trajectoire et le freinage et il ne peut que vous aider à conduire sur la neige avec ou sans chaines d’ailleurs. Mais la fonction intéressante pour nous est l’antipatinage. Pourquoi ? L’antipatinage régule l’accélération pour limiter la perte d’adhérence des roues motrices dans toutes les conditions, démarrage en côte, depuis le bas-côté, en roulant en descente ou en montée, etc. Concrètement si des roues patinent, l’ESP va freiner la roue qui patine le plus, puis l’autre et ainsi de suite plusieurs fois par secondes. Donc c’est bel et bien un atout de plus pour vous aider, cependant un antipatinage ne remplacera jamais un blocage différentiel. Pour l’ABS dans la mesure du possible (beaucoup de véhicule ne proposant pas cette option) désactivez le car à faible vitesse entre 0 et 10km il peut avoir tendance à ne pas suffisamment freiner les roues et donc à ne pas générer de petits amoncellements de neige à l’avant des pneus qui permettent au véhicule de ralentir.



Le différentiel ?

Toutes les voitures ont un différentiel sur l’essieu moteur (à l’avant pour les tractions et à l’arrière pour les propulsions), il permet de faire tourner les deux roues à des vitesses différentes. Par exemple quand la voiture prend un virage la roue intérieure au virage parcourt moins de distance que la roue extérieure et on aurait beaucoup de mal à tourner et beaucoup de casse si ce système de différentiel n’existait pas. Sur les transmissions intégrales, les deux essieux sont moteurs donc les roues avant et les roues arrière ont besoin d’un différentiel central. Le piège de ce système c’est qu’il va donc mettre la puissance sur les roues qui roulent le plus vite et qui font le plus de distance, or si vous patinez dans la neige vous risquez d’être bloqué ! Voilà pourquoi sur certains 4×4, mais sur peu de SUV, on peut « bloquer le différentiel ». Normalement si vous ne pouvez pas faire ce blocage l’ESP devrait vous aider à sortir de ce mauvais pas même s’il n’a pas été conçu pour ce genre de situations.



Conclusion

Le chaînage d’un véhicule 4 roues motrices est indispensable. Un  4×4 ne vous apportera, à qualité de pneus neige égale, pas plus de performances de traction et de sécurité qu’une voiture. Seulement bien utilisés et bien chaînés les 4×4 apporteront de meilleurs garanties.

Chaine neige à montage rapide conseillées pour 4×4 : Chaines a neige VERIGA Professional 16 mm à partir 94,90 € sur Secuneige.com (Livraison offerte)

Glossaire:

AWD : (All Wheel Drive) transmission intégrale 4WD : (Four Wheel drive) transmission intégrale littéralement « 4 roues motrices » ESP : (Electronic Stability Program) équipement de sécurité active d’anti-dérapage destiné à améliorer le contrôle de trajectoire d’un véhicule ABS : (Antiblockiersystem) Système anti-blocage des roues d’un véhicule, entrant en action pendant le freinage

#Dossiers